Dinde de Thanksgiving par Babette de Rozières

Laisser un commentaire

bonjour,

Désolé pour ce retard mais j’ai eu ces derniers jours des petits soucis de connexion, je n’ai donc pas pu vous préparer à feter Thankgiving. On avait parlé l’année derniere de la grace présidentielle de deux dindes par le Président des Etats-Unis, aujourd’hui nous allons évoquer le repas traditionnel des familles américaines à cette période: la dinde de Thanksgiving.

Et aujourd’hui c’est la recette de Babette de Rozières, vu dans l’émission C’à vous sur France 5 que je vous présente:

Recette de Babette de Rozières

  • Temps de cuisson : 1 heure 40 minutes
  • Ingrédients :
    pour six personnes

    • 1 dinde de 4 kg
    • 50 cl de sauce aux cranberry (canneberges)
    • 4 c. à s. de miel
    • 5 patates douces
    • 350 g de petits pois frais
    • 1 c. à s. de crème épaisse
    • 3 clous de girofle
    • 2 feuilles de laurier
    • 2 échalotes
    • 1 gousse d’ail
    • 1 c. à s. de fond de volaille
    • Sel et poivre

Préparation :

– Préchauffez le four à 180 °C.

– Dans un grand faitout, faites chauffer 2 litres d’eau. Ajoutez-y le fond de volaille, le laurier, les clous de girofle, les échalotes émincées et l’ail. Salez, poivrez et laissez cuire comme un bouillon environ 20 minutes.

– Au terme de la cuisson, plongez la dinde dans votre bouillon et pochez-la pendant 40 minutes.

– Une fois la dinde pochée, sortez-la du bouillon, égouttez-la bien et gardez le jus du bouillon.

– Placez la dinde dans un plat allant au four et enduisez-la de miel.

– Enfournez la dinde pendant 40 minutes.

– Pendant ce temps, préparez une purée de patates douces et des petits pois à la crème.

– Servez la dinde avec une sauce aux cranberry et accompagnez-la de la purée de patates douces et des petits pois à la crème.

Régalez vous bien !

Publicités

Une recette sympa pour Halloween : Les doigts de sorcières

Laisser un commentaire

En ce jour d’Halloween, voici une recette bien sympa qui plaira à vos enfants, les doigts de sorcières. Régalez vous

Préparation : 40 mn
Cuisson : 25 mn

Ingrédients (4 personnes)

– une pâte feuilletée achetée en grande surface
– 6 saucisses de strasbourg
– des amandes entières émondées
– ketchup

Préparation

               1             Découper les saucisses de Strasbourg en 3 tronçons égaux.

               2             Dérouler la pâte feuilletée et y découper des rectangles de la longueur des tronçons de saucisses et d’une largeur équivalente au diamètre des saucisses.

               3             Enrouler chaque tronçon de saucisse dans la pâte feuilletée de manière à laisser dépasser un morceau de chair d’un côté, fermer un peu l’autre bout en pressant la pâte.

               4             Placer une demi-amande du côté fermé (c’est l’ongle du doigt), puis à l’aide d’un couteau, faire les pliures des deux phalanges pour plus de réalisme.

               5             Mettre à cuire au four 20 à 25 minutes, jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée.

Recommandations:

Laisser refroidir 10 minutes et présenter sur l’assiette avec des tâches de ketchup.

La plus belle femme du monde est américaine

Laisser un commentaire

Hier, une centaine de princesses en robes cocktails et escarpins réglementaires se sont affrontées pour décrocher le titre de Miss Monde, et c’est Alexandria Mills, Miss Etats-Unis, qui a été sacrée reine.

Sélectionnées sur les cinq continents, ces jeunes filles au physique parfait et à l’âme charitable se sont livrées à une âpre compétition. Et c’est une discrète Blondinette du Kentucky qui a décroché le titre tant convoité.
  

Alexandria Mills, Miss Etats-Unis, a été élue Miss Monde 2010 lors de cette grand-messe entre kitsch et glamour organisée pour la cinquième fois en huit ans dans la station balnéaire de Sanya, sur l’île chinoise méridionale de Haïnan. 

Cette jeune beauté, 1m75 tout de blanc vêtu, a pleuré lorsque Kaiane Aldorino, 24 ans, originaire du territoire britannique de Gibraltar, a placé le diadème sur sa tête et l’a conduite vers un trône en forme de diamant, spécialement conçu pour le 60e anniversaire de cette cérémonie.

Habituée des podiums et des défilés, notre sylphide aux yeux azur est mannequin pour l’agence Elite. Agée de 18 ans, jeune bachelière mais végétarienne convaincue, elle envisage de devenir institutrice.

Les élections de mi-mandat aux Etats-Unis

Laisser un commentaire

Voilà quelques jours que nous entendons parler des élections de mi-mandat aux Etats-Unis. On voit le Président Obama en campagne à travers les différents états américain mais avons nous réelement eu une explication de ce que s’apprete à vivre le pouvoir executif et législatif américain dans les prochains jours ??

Les élections de mi-mandat (en anglais Midterm elections) sont des élections aux États-Unis où l’ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants des États-Unis, 33 ou 34 des 100 sièges du Sénat américain et plusieurs législatures ou gouverneurs d’états américains sont renouvelés. Ces élections interviennent à la moitié du mandat du président des États-Unis d’où leur nom.

36 des 50 états américains élisent leur gouverneur lors de ces élections, 34 pour un mandat de 4 ans, tandis que le Vermont et le New Hampshire l’élisent pour un mandat de deux ans (ils tiennent donc également une élection gouvernatoriale lors de l’élection présidentielle). De nombreux états américains tiennent également ce jour des élections pour différentes fonctions locales (états ou comtés).

Les élections de mi-mandats interviennent le mardi suivant le premier lundi du novembre (Election Day)

Les dernières élections de mi-mandat ont eu lieu le 7 novembre 2006. Les prochaines sont prévues pour le 2 novembre 2010.

Made in France !

Laisser un commentaire

Les douze Français évoluant outre-Atlantique – un record – forment le plus gros contingent de joueurs étrangers en NBA. Mais tous n’ont pas le même impact sur leur équipe. Si Parker, Noah et Pietrus auront le temps de s’exprimer cette saison, d’autres comme Ajinça, Mahinmi ou Petro prendront ce qu’on leur donne. Pas grand-chose, donc…

Les Bleus seront douze cette saison en NBA. (Reuters) Les Bleus seront douze cette saison en NBA. (Reuters)
 
ILS JOUENT TRES GROS
Il a fait parler de lui tout l’été, même quand il n’était pas là. Joakim Noah est devenu, en prolongeant son contrat de cinq ans pour 60 millions de dollars, le joueur français le mieux payé de la NBA. Mais plus que son salaire, c’est son rôle dans le collectif de Chicago qui prend du volume au fil des saisons. Pour celle qui s’ouvre la semaine prochaine, « Jooks » voit les choses en grand. Comme les Bulls, du reste.

« Ils ont une grande confiance en moi. Je sais que tant d’argent donne des responsabilités et je vais rester affamé et me donner à 110% », a déclaré le pivot tricolore après avoir signé son nouveau bail. Pour dépanner, le temps que la recrue phare de l’été Carlos Boozer revienne, Joakim Noah pourrait être amené à évoluer au poste quatre. La franchise de l’Illinois compte énormément sur lui pour franchir un nouveau palier en playoffs.

Pour Tony Parker aussi, les objectifs seront élevés en 2010-11. D’autant plus que la marge de manoeuvre des Spurs est de plus en plus limitée, Tim Duncan et Manu Ginobili n’ayant plus vingt ans. « Je pense que c’est notre dernière chance de gagner un titre », a récemment assuré le meneur de jeu français, qui croit tout de même aux chances de San Antonio de titiller les Los Angeles Lakers, doubles champions en titre, dans la conférence Ouest. Mais « T.P. », qui arrive en fin de contrat l’été prochain, devra aussi faire le point sur sa situation personnelle. Restera-t-il au Texas ? Autre frenchy attendu sur le devant de la scène, Mickaël Pietrus a les crocs à l’image du Magic, qui aimerait bien calmer les ardeurs suscitées par le Miami Heat de LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh. Invaincu en pré-saison, Orlando veut se mêler à la course au titre. S’il y arrive, l’arrière tricolore n’y sera forcément pas innocent.

ILS ONT UN COUP A JOUER
Propulsé titulaire dans le cinq majeur de Portland, après les départs de Travis Outlaw et Martell Webster, Nicolas Batum doit prendre une autre dimension cette saison. Il le dit lui-même: « Je veux devenir quelqu’un dans cette ligue, pas seulement dans cette équipe. Je veux être reconnu comme l’un des meilleurs défenseurs de la NBA. » Sa difficulté sera d’assumer également ses responsabilités en attaque, ce qu’il a eu un peu de mal à faire en pré-saison. Les Trail Blazers ont le potentiel pour jouer les trouble-fête à l’Ouest. A l’ancien Manceau de se faire respecter. Du respect, Rodrigue Beaubois en a acquis lors de son année de rookie en réalisant quelques matches de folie. Mais sa fracture du pied cet été avec les Bleus risque de le retarder dans sa montée en régime. Pour l’instant, les Dallas Mavericks semblent voir en lui un sixième homme, capable d’amener son énergie. Un atout qui peut lui permettre de se faire une autre place.

Un peu comme Ronny Turiaf. Titulaire dans la raquette des Knicks lors des premiers matches de pré-saison, l’ex-pivot des Golden State Warriors, arrivé cet à Big Apple, a peu à peu perdu sa place au profit de son jeune homologue russe, Timofey Mozgov. La raison ? S’il est un gros défenseur, l’intérieur français est un peu trop limité en attaque pour débuter les rencontres. S’il veut gagner du temps de jeu pour davantage convaincre son nouveau coach Mike d’Antoni, il va devoir s’améliorer dans ce domaine. Boris Diaw, lui, est dans une position un peu particulière à Charlotte. Au centre des rumeurs de transfert durant l’été, au point qu’il a failli partir aux Toronto Raptors, l’ailier et capitaine des Bleus a été retenu par le propriétaire de la franchise, Michael Jordan. Mais il reste une bonne monnaie d’échange et rien ne dit qu’il finira l’exercice du côté des Bobcats.

ILS JOUENT LEUR PEAU
Deux Français ont rejoint Rodrigue Beaubois cet été. Mais combien vont rester en NBA cette saison ? Ian Mahinmi part a priori avec une longueur d’avance sur Alexis Ajinça. Sans doute sera-t-il le numéro trois dans la hiérarchie des pivots des Mavericks, derrière Tyson Chandler et Brendan Haywood. Mais ses minutes de jeu seront comptées. Son longiligne compatriote, recalé en équipe de France avant le début du Mondial 2010, devrait lui échouer dans une obscure équipe de D-League. Ou ailleurs. Johan Petro, débarqué dans le New Jersey à l’intersaison, n’a pas grand-chose à attendre des mois qui viennent. D’une parce qu’il est barré à son poste par Brook Lopez et sans doute Joe Smith. De deux parce qu’il évolue aux Nets, qui seront sans doute à la traîne à l’Est. Sauf si Carmelo Anthony, annoncé sur le départ aux Denver Nuggets, vient les renforcer d’ici là…

Enfin, deux petits nouveaux feront leur début outre-Atlantique. Enfin « petits », tout est relatif. Car Kévin Séraphin ne se range pas dans une poche. Du haut de ses 2,05 mètres, l’ancien pivot de Cholet n’est pas forcément mal tombé à Washington, qui l’a drafté en 17e position. Les Wizards se sont en effet renforcés avec l’arrivée d’un autre rookie, le meilleur de tous celui-là: John Wall. Et ils peuvent du coup espérer se qualifier pour les playoffs, même si la lutte avec d’autres franchises sera intense pour le ou les deux derniers fauteuils disponibles dans la conférence Est. Invité surprise de la dernière draft, Pape Sy découvrira la ligue nord-américaine avec le maillot d’Atlanta sur les épaules. Avec quel rôle ? Pour l’instant, sans doute celui d’un figurant. Choisi en 53e position par les Hawks, l’ancien Havrais a du peps à revendre. Mais ça ne suffit pas toujours à se faire un nom en NBA.

Source: Par Thomas PISSELET – De Sports.fr

Le symbole du cinéma sauvegardé – Welcome to Hoollywood

Un commentaire

On les croyait condamnées par un projet immobilier, mais les lettres majuscules qui forment le mot "HOLLYWOOD" sur les collines de Los Angeles vivront finalement encore pour un moment. C’est ce qu’a annoncé le gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger.

DSCN1048 Petit rappel. En lieu et place des fameuses lettres blanches HOLLYWOOD de 14 mètres érigées en 1923 aurait dû voir le jour une promotion immobilière de luxe et marquer ainsi la disparition du logo. Pour sauver ce symbole du rêve américain, 3 millions de dollars manquaient à la ville des Anges pour le rachat des terrains voisins. Chose réparée et Happy-end en définitive car la somme a été réunie pour conserver l’endroit.

L’Etat californien a participé à hauteur de 3.1 millions de dollars, les autorités locales ont financé 2.7 millions, quant aux donateurs privés, ils ont rassemblé 6.7 millions de dollars.

Parmi les donateurs privés, le gouverneur californien Arnold Schwarzenegger a remercié le cinéaste Steven Spielberg, l’acteur Tom Hanks, la philanthrope Aileen Getty, la fondation du joaillier américain Tiffany, ainsi que les studios de cinéma hollywoodiens. Par ailleurs, 900.000 dollars ont été ajoutés par le fondateur du magazine Playboy Hugh Hefner. Quinze autres Etats américains ont fait des dons, ainsi que dix pays étrangers.

Ironie de l’histoire, l’inscription HOLLYWOOD était à l’origine une publicité visant à développer l’investissement immobilier dans les environs. L’inscription désignait alors le nom du programme : HOLLYWOODLAND. En 1949, la Chambre de commerce d’Hollywood et la ville de Los Angeles retirèrent les quatre dernières lettres. 60 ans plus tard, tout est bien qui finit bien.

En dérangement !!!

Laisser un commentaire

 
bonjour à tous,
 
Le saviez-vous ???
 

Dans les film américains, les numéros de téléphone commencent le plus souvent par "555-".

Ce n’est pas un hasard, car les numéros de 555-0100 à 555-0199 ont été expressément réservés pour être utilisés dans les films, afin que personne ne soit dérangé si son numéro apparaissait fortuitement.

Ci-dessous, un exemple du film "Retour vers le Futur"

Essayez d’y faire attention quand vous regardez un film !

A bientot

Mickael

Older Entries