Happy Halloween

2 commentaires

 
Cher(e) lectrices et lecteurs, comme vous avez pu le remarquer ces jours ci, toutes les boutiques et rue se pare d’un habit orange (même votre espace), des citrouilles poussent à tous les coins de roue sans oublier les sorcières terrifiantes s’envolant dans tous les sens.
 
En effet fin octobre, la France fête désormais Halloween cette célèbre fête importée des Etats-Unis aux couleurs celtes.
 
Mais vous n’êtes pas sans savoir que pour les Etats-Unis, elle est ancrée dans la culture américaine depuis des décennies et qu’elle est d’importance capitale. 
 
En effet, c’est à la fin du XIXe siècle que Halloween devint une fête nationale aux États-Unis, avec ses jeux, ses divinations, et la coutume du « Trick-or-treat » 

Image hébérgée par hiboox.com

 
Aujourd’hui de nombreux commerçants aux États-Unis font plus d’affaires à Halloween qu’à Noël ! Il y a peu de films, dessins animés, feuilletons qui n’aient une scène se déroulant durant cette fameuse nuit.
 
On y a même rencontré E-T- et Woody Allen !
 
Même si Halloween ne se fête que le 31 octobre, c’est durant tout le mois d’octobre que les enfants américains le préparent : décorer les maisons, créer son déguisement, et se préparer pour le Trick-or-treating avec une taie d’oreiller pour ramasser le maximum de bonbons.
 
Le thème des déguisements et décorations tourne autour des sorcières, chats noirs, fantômes, squelettes, diseuses de bonne aventure, vampires, loups-garous, citrouilles…
 
La soirée se termine à chacun sa guise en chantant, en dansant, en jouant, en se racontant des histoires horribles…
 
En Amérique du Nord, Halloween n’a pas toujours été une fête d’amusements …
 
Au début du siècle, les gens se jouaient des tours pas nécessairement sympathiques. Les enfants se contentaient de défiler déguisés dans les rues et revendiquaient fortement des petits cadeaux.
 
Gare aux radins!
 
La tradition du trick or treat en frappant aux portes n’est venue que dans un deuxième temps, plus récent, dans les années 30.
 
Dans le même ordre d’idée, la sorcière n’est présente dans le folklore de Halloween que depuis le XIX°s. On retrouve là les Saturnales, la fête des Fous ou de l’Ane.
 
Halloween a mis longtemps pour devenir ce qu’elle est aujourd’hui, une fête de magie, mystère, déguisements et bonbons.
 
La tradition dit que les activités tumultueuses des mauvais esprits et sorcières sont les mêmes que celles des enfants, masqués par la coutume derrière les déguisements de fantômes et de squelettes.
 
Tout se passe comme si les enfants sont la continuation de ces mauvais esprits par les déguisements qu’ils portent et donc par leur identification.
 
A eux donc de jouer les tours que jouaient les morts en passant une dernière fois parmi les vivants…

Escale à Las Vegas, la ville où la lumière ne s’éteit jamais

Laisser un commentaire

 
Un ranch dans le désert… c’est ainsi que commença Las Vegas. Les années passèrent, les habitudes évoluèrent et le ranch devint un village qui s’étendit rapidement. Même si le temps passait avec une lenteur voulue par le climat aride du Nevada, il finissait par suivre l’évolution du monde, voitures, cars et trains remplaçant peu à peu le cheval, conduits sur les chemins creux par des visionnaires qui regardaient non le présent mais ce qui pourrait advenir…

Image hébérgée par hiboox.com

 
Parmi ces voyageurs se trouvait un gangster légendaire venu de Los Angeles, un petit malin aux allures de star de cinéma qui détestait son méchant surnom – Bugsy – rappel par trop appuyé, dans l’argot de l’époque son sale caractère.
 
A la place de ce hameau, Ben Siegel voyait déjà une ville scintillante comme un mirage avec des salles de jeu à la places des granges, des hôtels au lieu de cambuses. Il fit part de ses projets à d’autre – investisseurs qui lui servaient de prête-noms dans les affaires – et ces hommes d’affaires avisés eurent tôt fait de se fier à la bonne parole de Bugsy, ce qui les conduisit à la construction du célèbre Flamingo d’où allait partir le Strip, l’artère principale, peuplée de palaces et de rutilants casinos.
 
Mais l’espoir est souvent tempéré par la déconvenue et ce fut le cas de Ben Siegel. Les membres de la pègre qui assuraient ses arrières, n’ayant pas la patience pour principale vertu, ne pouvaient comprendre que, telle une plante, l’espoir avait besoin de temps pour croître et se développer. Aussi l’impatience grandit-elle, alors que la ville poussait lentement mais sûrement, absorbant de gigantesques retards et dépassements de budget, tandis que l’humeur de Bugsy s’accordait de plus en plus à son surnom.
 
Finalement, l’impatience l’emporta et le rêve de Bugsy s’écroula dans une mare de sang ; il succomba sous les balles, dans son salon de Beverly Hills, avant d’avoir vu s’épanouir la fleur qu’il avait plantée dans le désert du Nevada.

Image hébérgée par hiboox.com

 
Aujourd’hui encore, les néons en sont les pétales et le Strip la tige ; mais, ainsi que Ben Siegel l’a toujours su, les racines en ont toujours été et seront à jamais les tables de jeu. Bien que la fleur se soit transformée, mille fois agrandie, bien qu’elle ait produit des fruits tels que le Caesar Palace, le Venetian, et le MGM Grand, elle se nourrit toujours du même espoir… encore un tour de roue, encore un coup de dés, encore une parties de cartes et la fortune viendra combler les abeilles qui ne cessent de la butiner, la fertilisant d’un flot incessant de dollars.
 
Cependant, toujours tapie dans un coin sombre, prête à endiguer la manne verte, veille l’éternelle compagne de Ben Siegel, l’amertume.
 
Les perdants qui s’éloignent, quand ils ne se tournent pas vers de plus obscures sources d’espoir, pourraient menacer d’altérer la beauté de la fleur ; mais sans jamais la flétrir, car l’espoir (ainsi que Ben Siegel le savait sans jamais le reconnaître) ne se réalise qu’à travers l’amertume… et Las Vegas est une ville où l’espoir fleurit sans cesse, même si c’est l’amertume qui en récolte les fruits.