Happy Thanksgiving

Laisser un commentaire

 
Le dernier jeudi du mois de novembre, tout les américains se réunissent en famille pour partager la traditionnelle dinde de Thanksgiving et le gâteau au potiron.
 

Image hébérgée par hiboox.com

Thanksgiving est une journée d’action de grâces pour remercier les Indiens et le Ciel d’avoir permis aux premiers pèlerins venus d’Angleterre de s’installer et de vivre sur le sol américain grâce aux bonnes récoltes qu’ils ont pu y faire.
Les pelerins se sont établis à Plymouth Rock le 11 decembre 1620. Leur premier hiver fut dévastateur. Au début de l’automne suivant, 46 étaient morts sur les 102 qui étaient venus sur le "Mayflower". Mais, la moisson de 1621 fut une des plus réussies si bien que les colonisateurs restant déciderent de fêter ca. Cette fête était plus une traditionnelle "fête de la moisson" à l’ anglaise qu’une vraie tradition de thanksgiving. Cela dura 3 jours.
 
Cette fête de "Thanksgiving" ne fut pas reproduite l’année suivante. Mais, en 1623, lors d’une sécheresse sévère, les pilgrims se regroupèrent pour prier et invoquer la pluie. Quand une pluie dense et continue apparut le jour suivant, le Gouverneur Bradford proclama un nouveau jour de Thanksgiving, invitant de nouveau les Indiens. Ensuite, ce ne fut pas avant Juin 1676 qu’un autre  jour de "Thanksgiving" fut proclamé.
 
Le 20 Juin 1676, le conseil de Charlestown, Massachusetts, se réunit pour déterminer quelle était la meilleure période de l’année pour exprimer sa reconnaissance envers la bonne fortune qui avait permis a leur communauté de s’établir. A l’unanimité, ils décident de proclamer le 29 Juin comme jour de "thanksgiving".
 
Octobre 1777 fut la premiere fois ou les 13 colonies se joignèrent pour célèbrer un "thanksgiving": c’était pour commémorer leur victoire contre les Anglais à Saratoga. Mais ce ne fut l’affaire que d’une fois.
 
Ensuite, ce fut George Washington qui proclama une journee nationale de "Thanksgiving" en 1789, bien que certains y étaient opposés. De la discorde régnait au sein des colonies, plusieurs pensant que les croyances de quelques Pilgrims ne méritaient pas qu’on y consacre un jour national. Plus tard, le président Thomas Jefferson rigola à l’idée d’avoir un "Thanksgiving day".

Image hébérgée par hiboox.com

 
Ce fut Sarah Josepha Hale, une éditrice de revue, qui contribua fortement à l’instauration d’un "Thanksgiving Day". Hale ecrivit de nombreux articles defendant sa cause dans ses magasines.
Finallement c’est en 1863, que le Président Lincoln proclama le dernier Jeudi du mois de Novembre journée nationale de Thanksgiving.
Thanksgiving fut proclamée par chaque président après Lincoln. La date changea de temps en temps, elle fut notamment modifiée par Franklin Roosevelt, qui l’instaura une semaine à compter du dernier jeudi du mois de facon à allonger la saison de shopping de Noel. Le public protesta tellement contre cette décision que le président la remit à sa date originale 2 ans plus tard…
 
C’est durant la présidence de Franklin Delano Roosevelt, en 1941, que Thanksgiving fut finallement déclarée "legal holiday" par le Congrès et fut instaurée le 4eme jeudi du mois de Novembre…
 
De nos jours, les américains célèbrent Thanskgiving où qu’ils soient.
 
Le côté religieux joue une part moins importante qu’autrefois, les réunions de famille sont de circonstance. Les invités peuvent apporter des plats pour la célébration mais surtout pas de cadeaux.
 
Publicités

Indiens: communauté oubliée

Un commentaire

 
Comme certains d’entre vous m’en ont fait la demande, je décide aujourd’hui de parler d’une communauté importante pour les Etats Unis car ces personnes sont les véritables fondateurs de l’Amérique, je veux parler des amérindiens. 

Image hébérgée par hiboox.com

 
Environ 2 millions aujourd’hui, les American Indians vivent pour une petite moitié d’entre eux dans les réserves de l’Ouest, leurs terres leur ayant été confisquées par les gouvernements fédéraux successifs. Il existe plus de 300 réserves fédérales et 500 tribus indiennes reconnues officiellement. Certaines de ces réserves, celle des Navajos dans l’Arizona par exemple, sont de très grande taille (5 à 6 départements français)
 
Au XVIIIème siècle, en dépit de la North West Ordinance (1787) qui clame que les Indiens ne seront jamais spoliés de leurs biens ni de leurs terres, les colons auront recours aux massacres pour s’approprier leurs terres et poursuivre leur politique de conquête de l’Ouest.
 
L’extermination des bisons et la construction des chemins de fer brisera définitivement leur résistance.
 
La loi Dawes de 1887 et l’Indian Reorganization Act de 1934 établissent une politique d’assimilation. Le New Deal redonne une certaine autonomie aux Indiens, autonomie qui sera étendue dans les années 60. Mais la politique à leur égard ne suit pas une ligne directrice stable, partagée entre le fait de leur accorder un statut séparé ou d’en faire des Américains comme les autres. Les Indiens ne sont citoyens américains que depuis 1924.
 
Les Indiens se battent aujourd’hui devant les tribunaux où ils demandent la restitution de leurs terres, biens et droits. Des organisations telles que le National Congress of American Indians fondé en 1944 et le National Indian Youth Council, fondé en 1961, refusent l’assimilation pure et simple et cherchent à défendre les valeurs et les traditions de leur peuple.
 
En 1992, un Indien, Ben Nighthorse Campbell, du Colorado, a été élu au Sénat.
 
De nos jours, les Indiens sont essentiellement regroupés dans les Etats du Sud et de l’Ouest (Oklahoma, Utah, Californie, Arizona, Nouveau-Mexique).

Image hébérgée par hiboox.com

 
Ils ont hélas un niveau d’instruction très en dessous de la moyenne nationale, puisque moins de 10 % des Indiens ont un diplôme de 1er cycle universitaire. La jeunesse indienne est l’une des plus inadaptées, scolairement parlant. De façon plus générale, cette inadaptation de la société américaine se traduit par un très fort taux de suicide, plus du double de la moyenne nationale.
 
Si la majorité des Indiens vit encore dans des régions rurales, pratiquant l’artisanat, la pêche, l’élevage, certains groupes ont aussi choisi de travailler en ville. Dans l’ensemble, ils vivotent dans des emplois sans qualification, avec un taux de chômage 7 fois supérieur à la moyenne nationale. Sur la réserve Navajo, par exemple, 40 % sont sans emploi. Le revenu familial moyen des Indiens est égal à 70 % du revenu national.
 
Certains s’en sortent grâce au jeu : depuis 1988 en effet, une loi les autorise à ouvrir des casinos dans les réserves, et les Indiens s’en sont fait une spécialité. 
 
Mais dans leur majorité, les Indiens vivent en marge de la société américaine ; leurs conditions de vie demeurent précaires, une proportion importante d’entre eux vivent de l’assistance publique (plus d’un tiers sont recensés comme pauvres). Ils sont doublement dépendants : vis-à-vis du gouvernement fédéral qui leur concède environ $ 3 milliards par an, aide sérieusement entamée dans les années 80 sous le gouvernement Reagan, et vis-à-vis des sociétés énergétiques qui exploitent les ressources naturelles des réserves où ils résident sans leur verser en contrepartie les redevances suffisantes.
 
Ils ne sont en fait guère reconnus, même si leur réalité culturelle reste fortement marquée. Tel est le dilemme des Indiens aujourd’hui : s’ajuster aux modes de vie de la société américaine moderne tout en conservant leurs traditions et leur vision bien particulière du monde. Leur avenir est aujourd’hui du ressort de Bureau of Indian Affairs qui dépend du ministère de l’Intérieur.

Mes premiers pas de country

Un commentaire

 

Salut à tous les tigrounets
 
Me revoici avec un peu de retard mais j’ai été très occupé ces derniers temps. Mais je reviens avec pleins de choses à vous raconter avec la semaine que je viens de passer.  
 
Il y a quelques jours, j’avais vu dans un journal, qu’allait se créer dans ma ville, une association de danse country; Waouh!! Super, quelle aubaine!! N’ayant pas peur et voulant savoir à quoi ressemblait cette danse américaine, je me suis donc inscrit avec ma copine au premier cours.
C’est donc lundi vers 20h que nous nous présentons à la salle des fêtes et là, à notre grande surprise il y avait au moins une quarantaine de personnes, principalement des femmes et tous visiblement très curieux de connaitre un nouveau style. Les personnes de l’association me paraissaient être des fous, tous vêtus de chapeaux de cowboy, de chemises à la Mr Ingels, les bottes clinquantes et le célèbre jean! La Western Party!!!  
 
Après un petit briefing de la prof, nous nous sommes mis en ligne afin d’apprendre les premiers pas. Tout d’abord on a commencé par de la cowboy charleston.
 
La prof nous montre les pas et nous commençons tous par les reproduire et déjà je sentais la difficulté de tout retenir, adroit comme je suis et avec la mémoire de moineau que j’ai, je me suis très vite fait remarquer par la prof qui a sûrement pensé que j’avais un talent caché pour cette danse!
 
Face à tous mes coéquipiers j’appréhende un peu le moment mais finalement j’arrive à m’en sortir et plutôt content de moi. Au moment où il a fallu danser mais cette fois avec la musique, là j’ai compris tout l’amusement qu’il y a à se trémousser sur la piste sur des rythmes de cowboy!!!  
Epuisé par de multiples répet. de la cowboy charleston, un pause s’imposée! Enfin!
 
Un dizaine de minutes plus tard, nous voici de nouveau sur la piste pour cette fois apprendre "une duchesse". Et la partie repart de plus belle, nouveau pas, nouveau trou de mémoire, nouveau passage avec la prof en première ligne mais cette fois ci, ça a payé, et de retour dans le rang, je m’éclate! enfin dans le rythme tout roule pour nous et la soirée avançant je m’amusais vraiment beaucoup!
C’est après avoir enchaîné les 2 danses que le cours s’achève sur un pt’i verre de champagne pour tous nous récompenser de nos efforts! Hélas mon emploi du temps ne me permet pas d’y retourner mais si j’avais eu la possibilité je crois que j’y serais retourner car quand on commence à danser, on est grisé et ce rythme vous passe partout, à recommander donc vivement!!!
 
Amis bloggeurs et bloggeuses n’hésitez donc pas à essayer vous aussi!!  
 
Pti tigrou