L’oeil de France

4 commentaires

 
Merci d’etre passer me voir, surtout que pour la deuxième fois c’est vous qui participez. Apres l’article "les Etats-Unis et vous" pour lequel j’ai reçu des commentaires mais aussi de trés nombreux emails, je réitère l’expérience en vous demandant cette fois-ci:
 
quel est pour vous LE symbole de l’Amérique ?
 
Biensur il ne vous est pas interdit de répondre aux autres questions posées. Retrouvez ces questions dans la catégorie "C’est vous qui le dites". Image hébérgée par hiboox.com
 
Personnellement je pense que la Statue de Liberté est le symbole le plus représentatif des Etats-Unis, offert par les Français, d’ailleurs, elle représente l’ouverture vers l’occident, un appel à la liberté d’échange entre les peuples et un grand symbole d’ouverture sur les autres.
 
Quoi que certains puissent en penser, les Etats-Unis est un pays multi-ethnique qui a fondé toute sa civilisation sur l’acceuil des bannis du monde. Depuis toujours, terre d’espoir et de renouveau, les Etats-Unis existe grace aux peuples qui l’a compose, ils sont représentatifs des ethnies de la planète ce qui en fait "le pays des peuples".
 
Biensur, certains d’entre vous penserons que j’ai un vision utopique de ce pays, que je fais abtraction des différents problèmes qui existent actuellement mais, pour moi, l’image que je m’en fait est beaucoup plus positive, j’ai foi en ce pays qui redonne une chance à chacun. Ne soyons pas autant anti-américains, cessons les conflits d’intérêt véhiculés par des médias influencer, réfléchissons ensemble et soyons POSITIF !!!

La route de L’Ouest

Laisser un commentaire

 
Vers 1850, les litiges avec les Indiens portent plus sur le prix des chevaux que sur des problèmes territoriaux.
 
Plus que la flèche indienne, la maladie, l’épuisement, les noyades, la folie jalonnent les milliers de kilomètres qui conduisent vers l’Eldorado.
 
De nombreux squelettes balisent alors les pistes de l’Ouest, et, sur les cornes de boeufs morts de fatigue, on grave des messages destinés à ceux qui suivent.
 
La traversée de l’Utah et du Nevada est particulièrement éprouvante.

Image hébérgée par hiboox.com

 
Quant à la Death Valley, celle-ci s’apparente à un rite de passage qui alimente, pour certains, le mythe d’une terre promise et d’une nouvelle vie.
 
L’afflux de plus en plus important des candidats à la fortune et l’empiètement régulier des Blancs sur les territoires de chasse des Indiens, enveniment trés vite les rapports.
 
Les hommes rouges se glisse nuitamment dans les campements pour y subtiliser montures et bétail.
 
Bientot, les premiers coups de feu retentissent et une guerre larvée se substitue au fragile équilibre entre les communautés.
 
La route de l’Ouest devient une hantise, d’autant que les Indiens ne tardent pas à s’organiser.
 
Les chefs de convois décident alors de traverser leur territoire de nuit.

Les pionniers de l’Ouest

Laisser un commentaire

 
Quand la fièvre de l’or eut retombé, les candidats à l’enrichissement découvrirent les vrais trésors de l’ouest, en particulier la fertilité du sol. Leur intérêt agricole devint alors un véritable enjeu de propriété.
 
On peut distinguer 3 vagues de peuplement:
 
Parallèlement aux chercheurs d’or, les trappeurs se recrutaient parmi les marginaux individualistes et aventureux.

Image hébérgée par hiboox.com

 
Il furent suivis par les squatters; colons qui, aprés avoir défriché, revendaient leurs terres prêtes à la culture.
 
La troisième vague, celle des fermiers désireux de s’établir, draina les commerçants, artisans, pretres, medecins et éducateurs.
 
En 1862, La Homestead Law permettait à tout homme majeur de s’installer sur une parcelle fédérale moyennant l’acquittement d’un faible droit.
 
Apres 5 ans de culture, la terre devenait gratuitement sa propriété.
 
Mais la terre promise ne tenait pas toujours ses promesses.
 
Les colons étaient souvent livrés aux affairistes et devaient se battre contre les Indiens qui s’opposaient violemment à cet empiètement continu et à la réduction constante de leur espace vital.
 
Mais vers 1890, L’Ouest n’était plus ni "lointain" ni "sauvage". La frontière avait cessé d’exister.