Discours du Président des Etats-Unis lors de l’anniversaire de George Washington

Laisser un commentaire

 
Je me permet de mettre en ligne, le discours prononcé par le Président Bush, lors du 275ème anniversaire de la mort de Georges Washington. Je ne partage pas forcément toute ces idées sur certaines affaires mais je dois dire que dans ce discours, il rend un hommage émouvant,à la hauteur de l’homme qu’était George Washington. Ce discours d’une dizaine de minutes est accessible en vidéo sur le site de la Maison Blanche (voir liste des sites a consulter). La vidéo et le discours sont en anglais bien évidemment.
 
THE PRESIDENT: "Thank you all for coming. Laura and I are honored to be with you in this historic place, on this special anniversary. I feel right at home here. After all, this is the home of the first George W. (Laughter.) I thank President Washington for welcoming us today. He doesn’t look a day over 275 years old. (Laughter.)
 
We’re really glad you’re here. I look out and see a lot of the kids who are here today. (Applause.) When I was your age, I was a little fellow from Midland, Texas — (laughter and applause) — and my grandmother brought me here. And then Laura and I brought our daughters here. And the reason I bring this up, this is a good place for Americans to come and bring your families. And we welcome you here today.
 

Image hébérgée par hiboox.com 

George W Bush le 19 février 2007 prononçant son discours à l’occasion du 275ème anniversaire de George Washington Mount Vernon en Virginie.

 
You know, we’re celebrating around the country  President’s Day, but the folks that work here call it Washington’s birthday. (Applause.) We’ve been celebrating this holiday for more than two centuries, and this morning we continue this tradition by honoring a man who was our first President, the father of our country, and a champion of liberty.
 
I appreciate Gay Gaines and the — Regent of Mount Vernon Ladies Association. I appreciate Jim Rees, who is the Executive Director. I thank Togo West, who is the Chairman of the Mount Vernon Advisory Committee. I appreciate the military who have joined us. General, thank you for being here today with us. I thank the members who work hard to make sure Mount Vernon is preserved for the future, and I thank all of you all for being here.
 
You know, George Washington was born about 80 miles down the river from Mount Vernon in the year 1732. As a young man, he went West, and explored the frontier, and it changed his life. As he grew older, he became convinced that America had a great westward destiny as a nation of free people, independent of the empires of Europe. George Washington became the central figure in our nation’s struggle for independence. At age 43, he took command of the Continental Army. At age 51, he was a triumphant hero of the war. And at age 57, he was the obvious and only choice to be the first President of the United States.
 
With the advantage of hindsight, it is easy to take George Washington’s successes for granted and to assume that all those events were destined to unfold as they did. Well, the truth is far different. America’s path to freedom was long and it was hard. And the outcome was really never certain. Honoring George Washington’s life requires us to remember the many challenges that he overcame, and the fact that American history would have turned out very differently without his steady leadership.
On the field of battle, Washington’s forces were facing a mighty empire, and the odds against them were overwhelming. The ragged Continental Army lost more battles than it won, suffered waves of desertions, and stood on the brink of disaster many times. Yet George Washington’s calm hand and determination kept the cause of independence and the principles of our Declaration alive.
 
He rallied his troops to brilliant victories at Trenton and Princeton. He guided them through the terrible winter at Valley Forge. And he marched them to Virginia for the war’s final battle at Yorktown. In the end, General Washington understood that the Revolutionary War was a test of wills, and his will was unbreakable.
After winning the war, Washington did what victorious leaders rarely did at the time. He voluntarily gave up power. Many would have gladly made George Washington the king of America. Yet all he wanted to do was return here to Mount Vernon, and to be with his loving wife, Martha. As he wrote with satisfaction to his friend Lafayette, "I am become a private citizen on the banks of the Potomac, and under the shadow of my own vine and my own fig tree."
 
George Washington’s retirement did not last long. In the years after the Revolution, America’s freedom was still far from secure. There were uprisings and revolts. States argued over their borders. And under the Articles of Confederation, the federal government was virtually powerless. With the United States in crisis, George Washington was called back to public life to preside over a Convention of the States. And the result was the United States Constitution and a new executive office called the presidency.
When the American people chose Washington for the role, he reluctantly accepted. He wrote a friend, "My movement to the chair of government will be accompanied by feelings not unlike those of a culprit who is going to the place of his execution." George Washington accepted the presidency because the office needed him, not because he needed the office.
 
As President, George Washington understood that his decisions would shape the future of our young nation and set precedent. He formed the first Cabinet, appointed the first judges, and issued the first veto. He also helped oversee the construction of a new federal city between the northern and southern states. The nation’s new capital would take his name, and George Washington hoped it would inspire Americans to put the welfare of their nation above sectional loyalties.
 
This son of Virginia had come to see himself first and foremost as an American, and he urged his fellow citizens to do the same. More than two centuries later, the story of George Washington continues to bring Americans together. Every year, about a million people visit Mount Vernon to learn about this good man’s life. We find the best of America in his spirit, and our highest hopes for ourselves in his character. His honesty and courage have become the stuff of legend. Children are taught to revere his name, and leaders to look to him for strength in uncertain times.
George Washington’s long struggle for freedom has also inspired generations of Americans to stand for freedom in their own time. Today, we’re fighting a new war to defend our liberty and our people and our way of life. And as we work to advance the cause of freedom around the world, we remember that the father of our country believed that the freedoms we secured in our revolution were not meant for Americans alone. He once wrote, "My best wishes are irresistibly excited whensoever in any country I see an oppressed nation unfurl the banners of freedom."
President Washington believed that the success of our democracy would also depend on the virtue of our citizens. In his farewell address to the American people, he said, "Morality is a necessary spring of popular government." Over the centuries, America has succeeded because we have always tried to maintain the decency and the honor of our first President.
His example guided us in his time; it guides us in our time, and it will guide us for all time. Thank you for coming, and may God bless. (Applause.) "

Lettres d’Iwo Jima – Sorti le 21 février 2007

Laisser un commentaire

 

Image hébérgée par hiboox.com

 Aprés "Mémoires de nos pères" sorti en octobre 2006, racontant la bataille d’Iwo Jima coté américain, voici le 2ème volet de la saga de Clint Eastwood retraçant exactement la même bataille mais cette fois du coté japonais.

Ce sont malgré tout 2 films différent, des points de vu différents, des émotions différentes, bref un film a voir absolument !!!

 Dans ce volet, quelques décennies aprés la bataille sur l’île Iwo Jima entre armées américaine et japonaise, des centaines de lettres furent extraites de la terre aride, permettant enfin de donner un nom, un visage, une voix à ces hommes ainsi qu’à leur extraordinaire commandant.

Les soldats japonais qu’on envoyait à Iwo Jima savaient que leurs chances de survie étaient quasi nulles.

Animé d’une volonté implacable, leur chef, le général Kuribayashi, exploita ingénieusement la nature du terrain, transformant ainsi la défaite éclair annoncée en 40 jours d’héroïques combats.

Près de 7000 soldats américains et plus de 20 000 Japonais ont perdu la vie à Iwo Jima.

 Leur sang s’est depuis longtemps perdu dans les profondeurs du sable noir, mais leurs sacrifices, leur courage et leur compassion ont survécu dans ces Lettres.

A voir aussi "Mémoires de nos pères" 

On the road again !!!!

Laisser un commentaire

Du Nevada à l’Arizona

2 commentaires

Napa Valley, le Bordeaux américain

Un commentaire

 
La Napa Valley, ça ne vous dit peut être rien mais pour certains producteurs bordelais de vins, ce nom résonne amèrement. En tant que bordelais, on est un peu chauvin et il va de soit que les vins du bordelais sont les meilleurs.

Image hébérgée par hiboox.com

 
Rien de mieux qu’un rouge médoc accompagnant un sublime fromage des Pyrénées, rien ne vaut un blanc sauternes, sucré a souhait et qui ronfle au palais comme un bonbon, rien ne vaut un verre de rosé bien frais, au bord de l’eau, par un été chaud et ensoleillé. Voilà ce qu’est ma région, mon sud-ouest si fier d’y vivre et d’avoir de telle richesse gastronomique.  

Image hébérgée par hiboox.com

 
Mais il y a la bas, outre atlantique, une région qui rompt ce monopole cher à ma région, c’est la Napa Valley. La Napa est un comté de la Californie qui est la principale région de production viticole des Etats-Unis dont les vins sont presque aussi réputés que nos vins français.  
 
La Napa Valley compte plus de 900 domaines qui s’étalent de Caneros au sud au nord de Calistoga le long de deux routes principales (Highway 29 et Silverado Trail). Plus d’une dizaine de sous-appellations de Napa Valley sont reconnues comme régions viticoles américaines (ou AVA, l’abréviation de American Viticultural Area) et donc protégées commercialement par l’OMC. Parmi les AVA les plus réputées de la vallée de Napa, on trouve Napa Valley, Yountville, St. Helena, Rutherford ou encore Oakville.  

Image hébérgée par hiboox.com

 
Le comté de Napa est la troisième destination la plus visitée des États-Unis après le Grand Canyon et les parcs Disney. On estime à plus de 3 millions le nombre de touristes venant déguster les vins et profiter de l’art de vivre dans la région. Le style de vie développé par la région est clairement méditerranéen. La vallée est aussi connue pour la grande qualité de sa restauration qui a été plusieurs fois primée au Guide Michelin.  
 
Ayant massivement investi dans des moyens de productions modernes dès les années 70, le comté de Napa ne produit aujourd’hui que 4% du vin américain en volume mais 17% en chiffre d’affaires.
 
La première vigne à vocation commerciale est plantée en 1840 par George Yount (ce sont les missionnaires espagnols qui les premiers plantèrent des vignes en Californie, mais Napa fut la dernière région où ils établirent leurs activités viticoles), mais la région ne connaît un véritable succès international que depuis les années 80, notamment grâce au marketing agressif effectué par Robert Mondavi et la Napa Valley Vintners Association qui regroupe la plupart des producteurs de la région.

Les flambeaux éclairant le Nouveau Monde

Laisser un commentaire

 

La survie des colonies américaines et plus tard de la jeune nation des Etats-Unis ne fut jamais garantie, loin s’en faut. Les pionniers du début du xvii e siècle – y comprisdans les avant -postes prospères – devaient affronter des conditions de vie rigoureuses, la pénurie de vivres, les maladies et le dur labeur. La « colonie perdue » de Roanoke, en Virginie, est une preuve solide des difficultés qu’ils rencontrèrent.

Deux siècles plus tard, dans les années 1800, les Américains cheminaient vers l’ouest après avoir franchi le Mississippi ; ils laissaient alors le confort relatif des villes pour rechercher de nouveaux territoires et atteindre la côte pacifique. La survie des colonies et la capacité d’explorer les territoires de l’Ouest furent décisives pour la création et l’expansion des Etats-Unis. Deux jeunes Amérindiennes – Pocahontas et Sacagawea – jouèrent un rôle essentiel dans ces efforts. Ces deux femmes furent des figures phares, au propre et au figuré, pour les colons qu’elles rencontrèrent. Alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, Pocahontas servit d’intermédiaire entre les tribus indiennes et les premiers Européens, sauvant la vie d’un explorateur et faisant office de médiatrice à une époque où les relations étaient tendues entre les deux groupes. Pour sa part, Sacagawea participa à la première expédition américaine destinée à dresser la carte des terres situées à l’ouest du Mississippi. Grâce à ses connaissances des langues tribales et des territoires de l’Ouest, les premiers explorateurs américains atteignirent le Pacifique et en revinrent sains et saufs.Image hébérgée par hiboox.com

Pocahontas est née vers 1595 dans la tribu amérindienne des Algonquins, Pocahontas allait devenir une figure de légende. En fait, elle fut une femme qui chercha à apporter la paix dans la vie des premiers colons américains, ainsi qu’à son peuple. Pocahontas était la fille de Powhatan, puissant chef de la tribu des Algonquins dans le territoire de l’actuelle Virginie. On ne peut l’affirmer avec certitude, mais Pocahontas vit des colons européens probablement pour la première fois au printemps 1607, lorsque le capitaine John Smith débarqua avec d’autres colons à Jamestown. Smith lui-même devait décrire plus tard l’événement décisif de sa vie au cours duquel la jeune Pocahontas joua un rôle crucial. Smith relate qu’il fut capturé par les Algonquins et menacé de mort. Se précipitant entre Smith et son bourreau, Pocahontas plaida pour la vie du capitaine. Image hébérgée par hiboox.com

Son voeu fut exaucé et une amitié s’établit. On raconte que Pocahontas continua à venir en aide aux nouveaux colons, leur apportant des vivres et leur transmettant des messages de son père de temps à autre. Alors que les tensions grandissaient entre les colons et les Algonquins, un Anglais dénommé Samuel Argall enleva la jeune fille et exigea une rançon avant d’accepter un accord. Après que les relations entre les Algonquins et les colons se furent améliorées, Pocahontas épousa l’Anglais John Rolfe.

Bien que la date demeure incertaine, Pocahontas s’était convertie au christianisme avant son mariage et avait adopté le prénom de « Rebecca ». Fait important pour l’avenir des colonies, ce mariage allait contribuer à apaiser les tensions entre les colons et les Algonquins. En 1616, Pocahontas, accompagnée de son mari et de leur jeune fils, effectua un voyage en Angleterre qui eut un grand retentissement. Pocahontas fut présentée au roi Jacques I er et à la famille royale. Le moment le plus saisissant pour elle fut sans doute sa rencontre avec le capitaine Smith, qu’elle croyait mort depuis de nombreuses années. Lors du voyage du retour, Pocahontas devait contracter une maladie mortelle qui l’emporta en mars 1617. Elle est enterrée à Gravesend, en Angleterre. Même si Pocahontas mourut jeune, son histoire romantique continue de parler à l’imagination des Américains. Elle est devenue une figure mythique, comme l’attestent les nombreux récits, livres, tableaux et même films – récemment Le Nouveau Monde – inspirés de sa vie, ainsi que les villes, les écoles et un fort de la guerre de Sécession qui portent son nom. Image hébérgée par hiboox.com

Sacagawea, quant à elle, était membre de la bande des Lemhis de la tribu indienne shoshone dans l’actuel Idaho, Sacagawea fit preuve de force et d’intelligence pendant l’expédition de Lewis et Clark (1804-1806) qui visait à explorer les terres menant à la côte pacifique de l’Amérique du Nord. Dans son enfance, Sacagawea (un nom signifiant peut-être « Lanceur de bateau » ou « Femme oiseau ») fut capturée par une tribu rivale. Puis à la suite d’une vente ou d’un échange elle devint la propriété d’un trappeur canadien français, Toussaint Charbonneau, qu’elle devait épouser plus tard. A l’âge de 16 ans environ, Sacagawea donna naissance à un fils près de Fort Mandan dans les territoires des Dakotas de l’Ouest des futurs Etats-Unis. En 1805, son mari fut engagé pour participer à une nouvelle expédition conduite par Meriwether Lewis et William Clark, que le président Thomas Jefferson avait chargés de trouver une voie d’accès vers le Pacifique. Sacagawea, qui parlait plusieurs dialectes indiens, fit rapidement ses preuves – comme interprète, guide, symbole des intentions pacifiques de l’expédition pour les autres tribus, et même comme diplomate lorsque l’expédition rencontra la bande des Lemhis, dont son frère était devenu le chef. Elle fit en sorte que les Lemhis fournissent des chevaux, des vivres et des abris, c’est-àdire tout ce qui rendait le voyage possible. Sacagawea transporta son bébé, Jean-Baptiste, et s’en occupa tout au long de ce difficile périple. 

Après l’expédition, Sacagawea et son mari vécurent quelques tempq à Saint Louis avant de retourner dans les Dakotas. On pense qu’elle mourut en 1812, mais une femme agée affirmant être Sacagawea décéda en 1884. En 2000, une pièce d’un dollar fut frappée à l’éffigie de Sacagawea portant son enfant sur le dos.

Ptit Tigrou

Travailler aux Etats-Unis

Laisser un commentaire

Toute personne travaillant aux Etats-Unis (quel que soit le travail effectué, et que la rémunération soit assurée par l’employeur aux Etats-Unis ou à l’étranger) doit posséder un visa de travail.

Information sur les visas de travail :
www.amb-usa.fr/consul/nivfr/typevisas/travail.htm

Information pour les candidats à l’expatriation et offres d’emploi :
Espace Emploi International
(regroupant les services expatriation de l’OMI (Office des Migrations Internationales) et de l’ANPE Internationale)
48, boulevard de la Bastille 75012 Paris – Tél : 01 53 02 25 50
www.omi.social.fr

Maison des Français de l’Etranger (MFE)
34, rue La Pérouse 75775 Paris Cedex 16
Tél : 01 43 17 60 79 Fax : 01 43 17 70 03 www.expatries.org/

Older Entries