Quand on se rend à San Francisco, il y a un lieu incontournable où vous devez absolument vous rendre, c’est à Alcatraz. L’île d’Alcatraz est située au milieu de la baie de San Francisco. D’abord forteresse, puis devenu une très célèbre prison de haute sécurité, elle est aujourd’hui musée et parc national des Etats-Unis.
 

Image hébérgée par hiboox.com

Le nom d’Alcatraz est dérivé de l’espagnol Alcatraces qui signifie « pélicans » ou « étranges oiseaux ». En 1775, l’explorateur espagnol Juan Manuel de Ayala est le premier européen à naviguer dans ce qui correspond aujourd’hui à la baie de San Francisco ; au cours de son exploration, il nomme l’une des trois îles de la baie Alcatraces. Au fil du temps, le nom de l’île s’anglicise pour devenir Alcatraz.
 
Avec la Californie, l’île d’Alcatraz est à l’origine, une colonie espagnole puis fait partie du Mexique lors de son indépendance avant d’être annexée par les États-Unis en 1850. C’est alors qu’un ordre présidentiel est lancé avec pour projet l’établissement sur l’île d’une réserve militaire pour l’armée américaine. Cependant, l’épisode de la ruée vers l’or qui entraîna un boom de la population de San Francisco et le besoin de plus en plus pressant de protéger la baie amène l’US Army à y construire une forteresse au début des années 1850. L’armée compte installer une centaine de canons sur l’île afin d’en faire le lieu le mieux fortifié de la Côte Ouest des États-Unis.
Avec le Fort Point et le Lime Point, Alcatraz forme un triangle de défense protégeant la baie de San Francisco. L’île est également le premier site opérationnel de l’Ouest des États-Unis à accueillir un phare maritime.
 
Dans les années qui suivent l’île accueille ses premiers prisonniers militaires. Tandis que l’utilité purement défensive d’Alcatraz diminue avec le temps, son rôle de prison se confirme durant le siècle qui suit. En 1909, l’US Army quitte la citadelle comme base afin qu’Alcatraz devienne officiellement une prison militaire. De 1909 à 1911, les prisonniers militaires de l’île sont employés à construire la nouvelle prison qui sert alors à héberger la branche occidentale du corps disciplinaire de l’armée américaine. C’est ce bâtiment qui deviendra célèbre avec le surnom de The Rock (le rocher).
L’US Army a l’île à sa disposition entre 1850 et 1933, date à laquelle la propriété d’Alcatraz est transférée à la justice américaine afin d’en céder l’usage au Bureau fédéral des prisons.
Le gouvernement fédéral décide de faire d’Alcatraz une prison modèle, offrant un maximum de sécurité vis-à-vis des évasions et n’accordant que peu de privilèges aux détenus qui ne pouvaient négocier leurs conditions d’incarcération. Il était ainsi question de montrer au public à l’époque que le gouvernement fédéral était résolu à enrayer la criminalité rampante des années 1930.

Image hébérgée par hiboox.com

La prison, officiellement devenue USP Alcatraz (USP pour "United States Prison") ne fut pas l’« America’s Devil’s Island » (l’île du diable de l’Amérique) comme beaucoup de films et de livres la qualifiaient. Sa population moyenne est d’environ 260-275 détenus et ne dépasse jamais les 336 prisonniers. Alcatraz ne représenta jamais plus d’1 % de la population carcérale des États-Unis. Des témoignages d’ex-prisonniers racontent que les conditions d’incarcération à Alcatraz étaient meilleures que dans les autres prisons fédérales et que beaucoup de détenus y demandaient leur transfert.
 
Le 21 mars 1963, la prison d’Alcatraz ferme définitivement ses portes après vingt-neuf années de service. On estime que la prison avait besoin d’un investissement de 3 à 5 millions de dollars rien que pour sa restauration et sa maintenance afin qu’elle puisse continuer ses activités. Cet investissement n’incluait pas les frais journaliers de fonctionnement d’Alcatraz qui étaient près de trois fois supérieurs à ceux des autres prisons fédérales. Ce surcoût exorbitant est en grande partie dû à l’isolement total de l’île qui impliquait que toutes les personnes et les marchandises soient acheminées par bateau. Ces marchandises sont non seulement des denrées alimentaires, des vêtements et du courrier, mais surtout de l’eau douce puisque Alcatraz n’avait aucune source. Ainsi chaque semaine, trois millions de litres d’eau doivent être apportés. Le gouvernement fédéral a estimé alors qu’il était plus économique de construire une prison plus moderne plutôt que de rénover Alcatraz pour la garder en service.

Image hébérgée par hiboox.com

 
Après la fermeture de la prison, Alcatraz est tout simplement abandonnée. Plusieurs idées sont examinées afin de transformer l’île d’Alcatraz : il fut tour à tour question d’ériger un monument pour les Nations unies, une statue de la liberté pour la Côte Ouest ou encore d’aménager un complexe hôtelier.
En 1972, le Congrès américain créa le Golden Gate National Recreation Area (Zone nationale de loisirs du Golden Gate) dans lequel l’ensemble d’Alcatraz est intégré. C’est ainsi que l’île ouvra au public dès 1973 et devient rapidement un des lieux touristiques les plus fréquentés de la région de San Francisco. Chaque année, plus d’un million de touristes visitent l’île et la prison d’Alcatraz.
Ce qui a fait de l’île d’Alcatraz, un haut lieu du tourisme mais aussi un mythe, c’est le fait d’avoir accueilli les détenus les plus dangereux du pays dont le plus célèbre est Al Capone.
 
Beaucoup des 1 576 prisonniers qui passèrent par Alcatraz y étaient détenus non pour leurs crimes, mais parce qu’ils refusaient de se conformer aux règles dans les autres prisons fédérales, étaient considérés comme violents ou présentaient de forts risques d’évasion. La vie à Alcatraz était très structurée, ce qui obligeait les détenus à suivre scrupuleusement les règles édictées. Ces derniers ne jouissaient que de quatre droits : avoir à manger, être habillés, être abrités et recevoir une assistance médicale en cas de nécessité. Cependant, les prisonniers disposaient de certains privilèges comme la possibilité de travailler, correspondre avec l’extérieur et recevoir des visites.
 

Image hébérgée par hiboox.com

Comme toute prison, Alcatraz a eu aussi son lot d’opération billet de sorti. Durant les 29 ans d’opération de la prison de 1934 à 1963, 36 détenus ont essayé de s’évader lors des 14 tentatives. De ces 36 évadés, 23 furent rattrapés, 6 furent abattus et 2 se sont noyés. Officiellement, aucun détenu n’est jamais parvenu à s’évader totalement d’Alcatraz en rejoignant le continent. Cependant, le mystère reste entier pour le cas de 5 prisonniers échappés qui ne furent jamais retrouvés, ils ont été considérés comme disparus et présumés noyés.
 
En effet, le 16 décembre 1937, pendant qu’ils travaillaient, Theodore Cole et Ralph Roe réussissent à s’évader de leur cellule et disparaissent dans la baie. Même si une tempête fait rage ce jour-là et que les courants sont forts, certaines personnes pensent qu’ils ont pu s’en sortir. Jamais retrouvés, ils sont officiellement portés disparus et présumés noyés. Le 11 juin 1962, l’évasion de Frank Morris et des frères John et Clarence Anglin reste un mystère. Disparus dans la nuit de leur cellule et de la prison via les bouches d’aération, on ne put jamais les retrouver. C’est seulement au petit matin que les gardes s’aperçoivent de leur évasion ; leurs cellules sont vides et leur absence dissimulée par des mannequins. Le FBI lance alors l’une des plus grandes chasses à l’homme jamais entreprise qui resta vaine. Des effets personnels (vestes, lettres et photos) sont par la suite retrouvés dans la baie de San Francisco et plusieurs semaines plus tard, un corps en tenue bleue comme celui des détenus d’Alcatraz est repêché. Mais son état de détérioration est tel qu’il ne put jamais être identifié. Frank Morris, John et Clarence Anglin ont été officiellement portés disparus et présumés noyés.
Ces 5 prisonniers sont a ce jour les seuls a avoir pu quitter l’île sans jamais avoir été retrouvé. Nul ne sait aujourd’hui où se trouvent ces 5 hommes.

Image hébérgée par hiboox.com

 
Mais la légende d’Alcatraz c’est surtout le fait qu’elle était une prison dont il était impossible de s’y évader. Beaucoup de choses sont dite, plus ou moins vrai, histoire d’alimenter la légende d’Alcatraz. Il se raconte en effet qu’il était impossible de s’évader de l’île par la nage à cause des requins. En réalité, il y a bien des requins dans la baie de San Francisco, mais aucune espèce mangeuse d’homme. Le principal obstacle pour les fuyards est la température de l’eau — basse (environ 10-12 degrés) —, les forts courants qui entraînent vers le large et la distance au continent (2 km). Malgré tout, en 1934, une jeune fille a réussi la traversée pour prouver aux autorités fédérales que celle-ci était possible. Plusieurs nageurs ont depuis réussi à rejoindre la ville depuis l’île, notamment un garçon âgé de 7 ans, le 22 mai 2006, qui a accompli la traversée en 45 mn. Une personne entraînée et conditionnée peut sans doute survivre à l’eau froide et parcourir la distance de la traversée tout en remontant les courants. En revanche, pour les prisonniers, qui n’ont aucun entraînement, aucun contrôle sur leur régime alimentaire et pas de conditions de vie optimales, les chances de succès sont faibles. De plus l’administration pénitentiaire faisait prendre systématiquement des douches chaudes aux détenus afin qu’aucun d’entre eux ne puissent s’accoutumer à l’eau froide ; à ce jour aucun détenu n’a d’ailleurs jamais réussi officiellement à rallier San Francisco.
 
Ptit Tigrou
Publicités