EAST DUBLIN – Lancer de sièges de lunettes de toilettes, orgies de bière ou concours de boue… le sud profond américain a organisé samedi des jeux olympiques à son image pour célébrer les délices de sa culture "redneck".

Pour la plupart des Américains, le terme "redneck" (littéralement "cou rouge") est une insulte qui désigne un "plouc" du sud rural, un Blanc souvent raciste, qui vit dans un préfabriqué, chique du tabac, chasse les écureuils et fait rôtir au barbecue les animaux qu’il a percutés avec son pick-up (camionnette) déglingué.
Mais pour les "ploucs" en question, c’est un titre de gloire. "Etre un redneck est un héritage, c’est comme cela que nous sommes nés et que nous avons été élevés, c’est un mode de vie", explique Rick Humphrey, directeur de la radio locale qui organise les "Jeux d’été redneck de Géorgie".
La manifestation se déroule chaque année à East Dublin, dans le coeur rural de l’Etat, depuis 1996. Cette année-là, Atlanta, la métropole voisine, accueillait les Jeux olympiques, et l’idée était montrer à quoi ils auraient ressemblé si les gens du cru avaient eu leur mot à dire.
Samedi, la mascotte des jeux, un homme sans aucune dent, connu avant tout pour sa capacité à toucher son nez avec sa lèvre inférieure, a solennellement allumé, sous les hourras du public, une torche décorée de canettes de bière.

 
Epreuve phare de la journée: le concours de boue. Les participants doivent se jeter dans une mare en essayant de projeter le plus de boue possible autour d’eux.
 
Les ventres ronds sont avantagés, mais ils sont nombreux, et le vainqueur remporte un trophée en forme de canette de bière écrasée.
Pour Rick Humphrey, la journée est à la fois une célébration et une auto-dérision de la culture "redneck", même si chacun semble avoir une opinion différente sur ce qui fait un "redneck".
L’une des épreuves consiste ainsi à plonger sa tête dans une bassine d’eau pour récupérer, sans s’aider de ses mains, des pattes de porc crues, censées évoquer les pieds de porc marinés servis dans la plupart des bars du sud américain.
Une chose est certaine — et le concours de lancer de lunettes de toilettes le démontre — le bon goût et la distinction ne sont pas de mises dans cette manifestation et les participants en sont fiers.
"Je suis une redneck parce que je bois de la bière, je fais la fête et que je ne m’en fais pas pour grand-chose", explique Brenda Cross, une femme aux proportions généreuses et à l’âge indéterminé, qui vend de la couenne de porc frite à la foire.
La connotation politique est aussi très marquée avec l’omniprésence, depuis les bikinis jusqu’aux voitures, du drapeau confédéré, derrière lequel s’étaient ralliés les Etats du sud lors de la guerre de Sécession dans les années 1860, en partie parce qu’ils voulaient maintenir l’esclavage.
"Pour certains, un redneck c’est simplement un rural du sud. Pour d’autres, c’est un Blanc dégénéré. Pour les Noirs, c’est le gars qui avait l’habitude de faire claquer le fouet", explique Bobby Johnson, qui tient le stand de l’ultra-conservatrice Ligue du Sud.
Mais pour Rick Humphrey, l’intérêt de ces jeux, c’est surtout que rien ne peut vraiment aller de travers, "parce que ne c’est qu’un tas de rednecks qui boivent de la bière, sautent dans la rivière et ne s’inquiètent de rien".
Publicités