Le 8 novembre a marqué la sortie en DVD d’un film franco-italien contant un part de l’histoire américaine, GOLDEN DOOR. 18750174

Celle de l’immigration vers le Nouveau Monde. Après l’épatant Respiro, le cinéaste italien Emanuele Crialese rend hommage à ses ancêtres via cette fresque épique sur l’immigration, aux accents oniriques et poétiques fascinants. Le film a d’ailleurs remporté le Lion d’argent de la Meilleure révélation cinématographique au festival de Venise en 2006.

Voici l’histoire:

Début du XXème siècle. Dans un coin perdu de la campagne sicilienne, vit une famille de paysans qui s’échinent sur le même lopin de terre depuis des générations.

Ils mènent une existence en harmonie avec la nature et cohabitent avec les esprits de leurs défunts. La monotonie de leur vie quotidienne est interrompue par des récits du Nouveau Monde, de leurs habitants, et des innombrables richesses de cet Eden…

Salvatore décide de vendre tout ses biens : sa terre, sa maison, son bétail pour partir avec ses enfants et sa mère âgée mener une vie meilleure de l’autre côté de l’océan.

Mais pour devenir citoyen du Nouveau Monde, il faut mourir et renaître un peu. Il faut abandonner les traditions séculaires et les vieilles croyances de sa terre, il faut être sain de corps et d’esprit savoir obéir et jurer fidélité si l’on veut franchir "La Porte d’Or"…

En coulisse:18674036

Pour Charlotte Gainsbourg, actrice principale dans ce film, le scénario était passionnant, et il était accompagné de documents visuels : des images magiques, des lieux, des gueules, le bateau… Une page d’histoire que je ne connaissais pas et le sentiment de toucher à quelque chose de très authentique dans la culture italienne, je n’ai pas eu une seconde de doute. J’avais sur ce projet un point de vue extérieur, comme une étrangère. "

Le réalisateur quant à lui précise avoir mis de côté les livres d’histoire afin de se consacrer à l’étude des "paroles de papier", c’est-à-dire, les lettres écrites par des millions d’italiens partis de leurs pays pour rejoindre le nouveau monde et qui décrivent ce qui se passe réellement… 18748715

Dans Golden Door, Emanuele Crialese a décidé de reconstruire une mémoire, " une mémoire sélective et donc, dans une certaine mesure, incomplète. Une mémoire latente et remplie d’éléments plus ou moins volontairement refoulés. " Le réalisateur ajoute " je n’étais pas intéressé par le récit historique ou social et encore moins par l’histoire des masses.

J’ai voulu aller à la rencontre du particulier, de l’individu qui quitte sa terre natale et, à travers ce voyage, et se métamorphose d’homme ancien en homme moderne. 18481686

L’homme qui part emporte avec lui peu d’objets mais tous ses morts. C’est un homme qui a vécu avec un sens aiguë de l’identité et de la mémoire, la mémoire des histoires qui lui ont été transmises par son père et son grand-père. "

L’homme du nouveau monde emporte avec lui ses souvenirs et sa mémoire mais n’a plus sa terre d’origine, il doit alors tout reconstruire matériellement mais garde ses souvenirs.

Emanuele Crialese a consacré une année entière à l’étude des documents et des procédures qui furent appliquées à Ellis Island, l’île de la quarantaine, durant les vingt premières années du vingtième siècle. 18674035

Le réalisateur a ainsi découvert qu’Ellis Island n’était pas uniquement un lieu d’accueil temporaire des nouveaux arrivants mais qu’elle faisait également office de centre de sélection.

Les immigrants étaient inspectés par les services de la Marine américaine.

Tous les types d’handicaps qui pouvaient empêcher les jeunes émigrants de travailler et de gagner leur vie, étaient enregistrés comme imperfection et les personnes concernées immédiatement déportées. Ceux qui avaient démontré qu’ils étaient en parfaite forme physique, étaient ensuite soumis à des tests " d’intelligence ou d’aptitude ". 18748721_w434_h_q80

Une fois tous les tests réussis, les émigrants pouvaient faire partie intégrante du Nouveau Monde.

Au début du XXè siècle, l’esclavage a été aboli depuis peu aux Etats-Unis et les immenses territoires ont besoin de bras jeunes et d’esprits volontaires.

En Italie, les départs massifs sont bien vus puisqu’ils soulagent le pays d’hommes qui réclament le droit à la propriété, qui ne supportent plus d’avoir faim et qui sont prêts à tout pour trouver une issue à leur misère. 18748713

Les premières photos du nouveau monde arrivent dans les campagnes. Des images prétendument véridiques d’hommes minuscules à côté de légumes géants circulent dans toutes l’Europe afin d’attirer les personnes vers ce Nouveau Monde… L’Amérique réussit donc à attirer ces hommes qui ont soif de nouveauté.

Les images du Nouveau Monde qui circulaient en Europe étaient des photos montages, montrant que l’Amérique était riche, contrairement à l’Europe.

Ces photos sont les premières formes de propagandes qui arrivent d’Amérique pour encourager les paysans à quitter leur terre aride pour une terre d’abondance assurée.

A voir et à découvrir, GOLDEN DOOR !

Publicités